2011 Canadian Association of Cultural Studies Call for Papers

CALL FOR PAPERS

(CACS CFP 2011 )

Canadian Association of Cultural Studies (CACS)/

L’Association canadienne des études culturelles (ACÉC)

Biennial conference

McGill University, Montreal

Nov. 4-6, 2011

(Version française à suivre)

Deadline for abstracts: May 31, 2011

The 2011 CACS conference will be held at McGill University, Nov. 4-6, 2011, where CACS is jointly based in the Department of Art History and Communication Studies and Media@McGill.

CACS invites proposals for individual papers or preconstituted panels for the 2011 conference.  The conference will operate with four separate “streams”, or groups of sessions that run concurrently; applicants should direct their paper or panel proposals to one of the following streams:

Culture, Power and Everyday Life

Cultural and Aesthetic Praxis

The Future of Cultural History

Feminist and Queer Cultural Studies

(see below for detailed descriptions)

Each stream will include approximately 25 participants, including the stream co-chairs; this structure is intended to give the opportunity for intensive interaction and discussion over the course of the three days.  Participants will also regularly reassemble for conference wide panels, keynote speakers and other events.

Please apply to one stream only. Multiple submissions will not be accepted. CACS invites abstracts and paper presentations in English and French. We welcome proposals from graduate researchers. Presenters must be members of CACS at the time of the conference. Send presentation abstracts (300 words, plus short bio), indicating the name of the stream in the subject line, to cacs.ahcs@mcgill.ca by May 31, 2011.

Applicants will be notified of acceptance by the end of June 2011.

Conference co-chairs: Jenny Burman and Alanna Thain, McGill University.

Stream descriptions

1) Culture, Power and Everyday Life (chaired by Bev Best, Marc Lafrance, Bart Simon, Valérie de Courville Nicol, and Anouk Bélanger)

Utopia and Critical Imagination: In surveying the mediascapes of northern consumer societies as an index of the popular imagination, one is inclined to agree with Fredric Jameson’s claim that it is easier to imagine the end of the world than it is to imagine a different one. In the north, the recent global economic crisis was met with such a dearth of alternative social visions that the status quo was reinstated virtually unchallenged. Does this signal a crisis of utopian speculation? Meanwhile, the social uprisings currently taking place in several Arab and African states suggest that the utopian impulse has been more successful at responding to social crisis in other contexts. What does this imply about the historical conditions for mobilizing critical imagination?

Surrealist poet Paul Éluard said, “Il y a un autre monde mais il est dans celui-ci.” How do we transcode this sentiment today? What is the current state of utopian thought and practice? Is the traditional universalizing orientation of utopian critique a liability today? An anachronism? In need of rehabilitation or reconceptualing? Does social crisis stimulate or suppress critical judgment or the projecting of alternative social modalities? What is the relationship between utopian figures and questions of subjectivity or embodiment? What is the role of affect in stimulating and mobilizing popular imagination?

This stream invites proposals for papers that address these questions and others related to the intersections of culture, power and everyday life. Topics may include (but are not limited to):

  • Utopian aesthetics
  • Ecological utopias
  • Organizing, planning and other unmentionables
  • Redefining praxis
  • Imagining (struggles around) the commons
  • Body modification (cosmetic surgery, dieting, bodybuilding) and body image conflicts as forms of utopic and/or dystopic embodiment
  • Neurochemicals (anti-depressants, SSRIs) and utopic subjectivity
  • Lean and muscular bodies or obese and overweight bodies as manifestations of utopic/dystopic biocitizenship
  • Utopic vs. dystopic biopolitics
  • Micro-imaginaries and pocket utopias
  • Critical imagination in work and play

2) Cultural and Aesthetic Praxis (chaired by Bronwen Low, Kim Sawchuk and Jill Didur)

This stream grapples with the idea and importance of ‘a philosophy of praxis’ in cultural studies, interested in the enactment of theory in practice, of thought and action as intertwined, or mutually responsive and adaptive. We invite proposals that explore questions of cultural praxis, including how cultural theory might matter to art and cultural production, to cultural policy, or education (be it popular, higher, or k-12), and how, in turn cultural practices create and demand new modes of theorizing. Equally relevant is praxis understood in terms of research creation. This type of cultural work brings together technicians, artists and scholars to rethink aesthetic value, knowledge production and activism. Work examining cultural and aesthetic praxis through the lens of research creation also broadens our understanding of interdisciplinarity and how we engage audiences for cultural studies outside of a typical academic setting (i.e. museums, theatres, studios, digital and popular media). Possible topic include:

  • Theorizing praxis
  • Research-creation in cultural studies
  • The politics of theory
  • Activism, art and praxis
  • Educational praxis
  • Aesthetics and praxis
  • Everyday resistances
  • The politics of knowledge
  • Popular cultures
  • The places of praxis
  • Temporality: action, inaction
    • Curatorial praxis
    • Critical pedagogy


3) The Future of Cultural History (chaired by Charles Acland and Sandra Gabriele)

Cultural Studies has long held a crucial place in the reinvigoration of historical method, including ideas about “history from below,” feminist historiography, postcolonial critique, and media archaeology. For this stream, we invite submissions that engage with and provide examples of historical approaches to cultural analysis.   All such work is welcome, though we are especially interested in papers that examine this legacy and explore new directions for cultural history. Topics may include, but are not limited to:

  • studies of science and technology
  • vernacular media
  • visual and audio culture
  • popular sensations and sensationalism
  • public and virtual space
  • audiences and spectators
  • cultural movements
  • historiography
  • historical narrative and subaltern counter-history
  • materialist methods
  • interdisciplinarity
  • ephemeral documents and practices


4) Feminist and Queer Cultural Studies (chaired by Jasmine Rault and T.L. Cowan)

Feminist and queer methodologies have shifted the terrain of cultural studies, demanding that we pay attention not only to gender and sexuality, but to the gendered and sexualized as well as racialized, classed, nationalist, globalized and transnational contours of culture, affect, social life and politics. That is, feminist and queer cultural studies bring into focus interlocking systems of oppression, social justice work and transformative practices in cultural production and everyday life. Bringing together paper presentations, round-table discussions, interventions and other provocations, this stream seeks to provide a forum for the many ways we have of “doing” feminist and queer cultural studies.

Presentations in this stream should attend to and be invested in feminist and queer intellectual, activist and/or artistic cultures and histories. Proposals dealing with all aspects of feminist and/or queer cultural studies are welcomed, including but not limited to the following:

  • Indigenous and/or anti-colonial methodologies, epistemologies and cultures
  • Nationalism, indigenous and critical race studies
  • Politics, affects, histories and cultures of transsexuality and the gender of “human”
  • Crip theory, ability and disability studies and cultures
  • Feminist and/or queer social movements, activist cultures, tactics, events
  • Sex-workers’ rights and cultures
  • Work, unemployment, leisure
  • Social networking in feminist and queer scenes
  • Studies of the popular, counter-cultural and/or subcultural
  • Performing, performance, performativity
  • Music, sound, noise
  • New media, digital cultures, cyberfeminisms
  • Fat feminisms, illicit bodies, the tyranny of ‘health’, neo-liberal cultures of self-care
  • Memorialization, violence, trauma
  • Grief, war, criminality, terrorism
  • Studies of science, bioethics, reproduction, medicine, matter
  • Questions of agency, resistance, complicity, visibility
  • Public feelings, economies of intimacy, political depression
  • Revolutionary optimism, utopian cultures, reparative futurity
  • Television, movies, sports
  • The Commons, grassroots organizing, copyright/copyleft
  • Food studies, ecotourism, the all-inclusive vacation
  • Tolerance, multiculturalism, governance
  • Secularism, public religions, politics
  • Migrations, borders, transnationalisms
  • Families, children, homonationalisms, marriage
  • Manifestos, rants, zines, blogs

APPEL À COMMUNICATION

L’Association canadienne des études culturelles (ACÉC)/

Canadian Association of Cultural Studies (CACS)

Colloque biennal

Université McGill, Montréal

4-6 novembre 2011

Date limite pour la remise des propositions: 31 mai 2011

L’édition 2011 du colloque de l’ACÉC aura lieu à l’Université McGill du 4 au 6 novembre 2011. L’ACÉC est hébergée par le département d’histoire de l’art et d’études en communication et par Media@McGill.

L’ACÉC vous invite à proposer des communications individuelles ou des séances préétablies dans le cadre de son colloque 2011. Le déroulement du congrès se fera autour de quatre sessions autonomes et simultanées. À cet égard, les propositions de communication ou de séance doivent se rapporter à l’une des sessions suivantes :

Culture, pouvoir et vie quotidienne

Praxis culturelles et esthétiques

Le Futur de l’histoire culturelle

Études culturelles féministes et queer

(voir ci-dessous pour une description détaillée)

Chaque session comprendra 25 participants environ, les co-présidents de session inclus ; cette configuration vise à favoriser discussions et échanges au fil des trois journées du colloque. Tous les participants se rassembleront régulièrement pour des séances plénières, les conférences d’honneur et d’autres événements.

Merci de ne postuler qu’à une seule session. Les propositions multiples ne seront pas considérées. L’ACÉC invite les étudiants aux cycles supérieurs à participer. Nous acceptons les propositions et les communications en anglais et en français. Les participants doivent être membres de l’ACÉC au moment du colloque. Envoyez-nous, s’il vous plaît, votre proposition (300 mots maximum, ainsi qu’une courte notice biographique) à cacs.ahcs@mcgill.ca avant le 31 mai 2011. Merci d’indiquer dans l’objet de votre courriel le titre de la session à laquelle vous souhaitez participer.

Les auteurs des propositions retenues seront notifiés avant la fin juin 2011.

Coorganisatrices du colloque: Jenny Burman et Alanna Thain, Université McGill.

Descriptions des sessions

1) Culture, pouvoir et vie quotidienne (présidents de session : Bev Best, Marc Lafrance, Bart Simon, Valérie de Courville Nicol et Anouk Bélanger)

Utopie et imagination critique : passer en revue les paysages médiatiques des sociétés consuméristes du nord comme autant d’indices de l’imagination populaire nous incite à valider la thèse de Fredric Jameson selon laquelle il est plus facile d’imaginer la fin du monde que d’imaginer un monde différent. Dans le nord, le manque d’alternatives sociales en réponse à la récente crise économique mondiale a mené à un nouveau statu quo quasiment similaire au précédent. Faut-il en déduire qu’il existe une crise de la pensée utopique ? Au même moment, les révoltes sociales qui ont lieu actuellement dans plusieurs états arabes et africains suggèrent que l’impulsion utopique a mieux réagi à la crise sociale dans d’autres contextes. Qu’est-ce que cela sous-entend quant aux conditions historiques favorisant la mobilisation de l’imagination critique ?

Le poète surréaliste Paul Éluard disait : « Il y a un autre monde mais il est dans celui-ci. » Comment transcodons-nous cette impression aujourd’hui ? Quel est l’état actuel de la pensée et de la pratique utopiques ? La tendance traditionnelle de la critique utopique à une certaine universalisation est-elle un obstacle aujourd’hui ? Un anachronisme ? Cette tendance a-t-elle besoin d’être réhabilitée ou re-conceptualisée ? La crise sociale stimule-t-elle ou supprime-t-elle le jugement critique ou la projection de modalités sociales alternatives ? Quel est le rapport entre personnalités utopiques et les questions de subjectivité ou d’incarnation ? Quel rôle joue l’affect dans la stimulation et la mobilisation de l’imagination populaire ?

Cette session est ouverte aux propositions qui traiteront des questions ci-dessus ainsi que d’autres liées au croisement de la culture, du pouvoir et de la vie quotidienne. Les sujets possibles incluent entre autres :

  • Esthétiques utopiques
  • Utopies écologiques
  • Organiser, prévoir et autres sujets tabous
  • Redéfinir la praxis
  • Imaginer le peuple (et les combats qui l’entourent)
  • Les conflits liés à la transformation (chirurgie esthétique, régime, culturisme) et à l’image du corps comme formes d’incarnation utopique et/ou contre-utopique
  • Psychotropes (antidépresseurs, ISRS) et subjectivité utopique
  • Les corps minces et musclés ou les corps obèse et en surpoids comme manifestations d’une biocitoyenneté utopique/contre-utopique
  • Biopolitique utopique contre biopolitique contre-utopique
  • Micro-imaginaires et utopies de poche
  • Imagination critique dans le travail et le jeu

2) Praxis culturelles et esthétiques (présidents de session : Bronwen Low, Kim Sawchuk et Jill Didur)

Cette session traite de l’idée et de l’importance dans les études culturelles d’une ‘philosophie de la praxis’ qui s’attache à promulguer la théorie dans la pratique ainsi que la pensée et l’action comme deux sphères entrecroisées ou qui réagissent et s’adaptent mutuellement. Nous vous invitons à soumettre des propositions qui explorent les questions de la praxis culturelle : de quelle manière, notamment, la théorie culturelle peut-elle peser sur l’art et la production culturelle, les politiques culturelles, ou l’éducation (qu’il s’agisse de l’éducation populaire, supérieure, ou primaire et secondaire) ? Et comment, à leur tour, les pratiques culturelles créent-elles et requièrent-elles de nouveaux modes théoriques ? Une autre question tout aussi pertinente est celle de la praxis définie en termes de recherche-création. Ce type de travail culturel rassemble techniciens, artistes et intellectuels afin de repenser la valeur esthétique, la production du savoir et l’activisme. Les travaux portant sur les praxis culturelles et esthétiques à travers la perspective de la recherche-création élargissent également notre compréhension de l’interdisciplinarité et de la manière dont nous interagissons avec différents publics en dehors du cadre académique traditionnel (à savoir, dans les musées, théâtres, studios, et les médias numériques et populaires). Les sujets possibles incluent entre autres :

  • Théoriser la praxis
  • Recherche-création en études culturelles
  • Politique de la théorie
  • Activisme, art et praxis
  • Praxis éducationnelle
  • Esthétique et praxis
  • Résistances de tous les jours
  • Politique du savoir
  • Cultures populaires
  • Lieux de la praxis
  • Temporalité : action, inaction
  • Praxis de conservation (musée)
  • Pédagogie critique


3)
Le Futur de l’histoire culturelle (présidents de session : Charles Acland et Sandra Gabriele)

Les études culturelles ont depuis longtemps occupé une place cruciale dans la redynamisation des méthodes historiques, insistant entre autres sur l’histoire populaire, l’historiographie féministe, la critique postcoloniale et l’archéologie des médias. Pour cette session, nous vous invitons à soumettre des propositions qui traitent des approches historiques de l’analyse culturelle et en fournissent des exemples. Tout travail portant sur cette question sera considéré, même si nous portons une attention toute particulière aux communications qui explorent cet héritage ainsi que de nouvelles orientations pour l’histoire culturelle. Les sujets possibles incluent entre autres :

  • Études des sciences et de la technologie
  • Les médias vernaculaires
  • Culture visuelle et auditive
  • Sensations populaires et sensationnalisme
  • Espace public et virtuel
  • Publics et spectateurs
  • Mouvements culturels
  • Historiographie
  • Récit historique et contre-histoire subalterne
  • Méthodes matérialistes
  • Interdisciplinarité
  • Documents et pratiques éphémères


4) Études culturelles féministes et queer (présidents de session : Jasmine Rault and T.L. Cowan)

Les méthodologies féministe et queer ont transformé l’horizon des études culturelles, exigeant que nous prêtions attention non seulement au genre sexuel et à la sexualité, mais aussi aux aspects sexués (« gendered ») et sexualisés de la culture, de l’affect, de la vie sociale et de la politique au même titre que les questions de racialisation, de hiérarchie des classes, de nationalisme, mondialisme ou transnationalisme. En d’autres mots, les études culturelles féministes et queer se focalisent sur des systèmes conjoints d’oppression, de travaux portant sur la justice social et de pratiques transformatives dans la production culturelle et la vie quotidienne. Juxtaposant des communications, des tables rondes, des interventions et d’autres provocations, cette session vise à fournir une tribune pour exprimer les nombreuses manières que nous avons de « faire » des études culturelles féministes et queer.

Les communications au sein de cette session traiterons et s’imprégnerons des cultures et histoires intellectuelles, activistes et/ou artistiques féministes et queer. Nous acceptons toute proposition portant sur tout aspect des études culturelles féministes et/ou queer. Les sujets possibles incluent entre autres :

  • Méthodologies, épistémologies et cultures indigènes et/ou anti-coloniales
  • Nationalisme, études indigènes et études critiques sur la race
  • Politiques, affects, histoires et cultures de la transsexualité et du genre de « l’humain »
  • « Crip theory », études et cultures des handicaps et des capacités
  • Mouvements sociaux, cultures activistes, tactiques et événements féministes et/ou queer
  • Droits et cultures des travailleurs sexuels
  • Travail, chômage, cultures
  • Réseautage social dans les scènes féministes et queer
  • Études du populaire, contre-culturel et/ou subculturel
  • « Performer », performance, performativité
  • Musique, son, bruit
  • Nouveaux média, cultures numériques, cyberféminismes
  • Féminismes gras, corps illicites, tyrannie de la ‘santé,’ et cultures néolibérales du self-care
  • Mémorialisation, violence et traumatisme
  • Peine, guerre, criminalité, terrorisme
  • Études des sciences, des bioéthiques, de la reproduction, de la médecine et de la matière
  • Questions d’autonomie, de résistance, de complicité et de visibilité
  • Sentiments publics, économies de l’intimité, dépression politique
  • Optimisme révolutionnaire, cultures utopiques, futurité réparante
  • Télévision, films, sport
  • Le Peuple, organisation de base, copyright/copyleft
  • Études alimentaires, écotourisme, vacances tout compris
  • Tolérance, multiculturalisme, gouvernance
  • Sécularisme, religions publiques, politiques
  • Migrations, frontières, transnationalismes
  • Familles, enfants, homonationalismes, mariage
  • Manifestes, harangues, zines, blogs